Quelques repères :
  • Vous venez de vous inscrire, les conditions d'accès aux différentes rubriques pour les groupes d'utilisateurs sont expliquées ici.
  • Vous rencontrez un problème avec une fonctionnalité ou souhaitez suggérer des améliorations, n'hésitez pas à poster un message dans Vos questions et suggestions.
  • Afin de placer vos messages au bon endroit, pensez à consulter les guides des rubriques, disponibles en tête des forums.
  • "Les bons plans" sont destinés à recevoir les liens vers de bonnes affaires uniquement.
  • Pour faciliter la tâche des modérateurs, n'hésitez pas à jeter un œil ici
15 novembre 2019 : Modification du parcours d'inscription : A présent, les règles du forum sont acceptées avant le choix du pseudo sur la page d'inscription. Suppression du sujet finalisation de l'inscription.

Georges Chelon

Avatar de l’utilisateur
Texas Rangers
Membre
Membre
Messages : 192
Inscription : 16 juil. 2017, 19:23

Georges Chelon

Message par Texas Rangers » 18 nov. 2017, 19:58

:-H tout le monde !

"Ah! ... te voilà, toi !". Ces quelques mots cinglants, viennent se ficher dans le coeur de celles et ceux qui ont vécu l'épreuve de l'abandon d'un père qui a quitté le foyer pour aller séduire ailleurs.
Voilà ce qu'ils lui diraient. "Père prodigue" s'impose donc comme la chanson coup de poing de l'année et Georges Chelon, son créateur-interprète, séduit toutes les générations. Il confiera plus tard, que c'était son histoire.
Nous sommes en 1965, une année charnière ...

En France, la mode yéyé brûle ses dernières cartouches. Le rock prépare ses valises et Eddy Mitchell sent le vent tourner. Il prévient que "S'il n'en reste qu'un" (comprenez de rocker) il sera celui-là.
L'époque change. Elle sent la poudre et annonce les bouleversements musicaux de 1966 (phénomènes beatnick, hippie, Antoine, Dutronc, Polnareff) et la révolution de 1968. Mais nul ne le savait encore et l'on batifolait toujours. :-S

Pour l'heure, de jeunes auteurs-compositeurs-interprètes, romantiques en diable, investissent un créneau déjà occupé par Salvatore Adamo, Leny Escudero ("Sylvie", "Pour une amourette") ou Alain Barrière.
Il y a ceux qui versent dans le larmoyant (Christophe "Aline", H. Vilard "Capri, c'est fini", Pascal Danel "La plage aux romantiques" / "Le Kilimandjaro"), ceux qui jouent aux spécialistes éclairés de la drague (Guy Mardel "N'avoue jamais") et enfin ceux qui suivent les traces des "4 B", Béart, Bécaud, Brassens, Brel.

Dans le lot, on trouve Jean-Claude Annoux qui fait appel "Aux jeunes loups" et Georges Chelon. Deux mêmes cris de la jeunesse, deux mêmes exigences de qualité niveau textes et musique.

Natif de Marseille, George Chelon découvre la guitare en 1964 et remporte un concours de chant organisé par Pathé Marconi. Il abandonne "Sciences Po" à Grenoble, au profit d'une carrière dans la chanson.
Un 33 tours paraît l'année suivante. "La rose des vents" concurrence "Père prodigue".
Il a 22 ans et chacun loue la maturité d'un jeune de cet âge là. La presse voit en lui le nouveau celui-ci, la réincarnation de celui-là et l'artiste quant à lui, voit sa carrière décoller à la vitesse du Concorde ... qui n'existe pas encore. :lol:
Son 2ème 30 cm est couronné du Prix de l'Académie de la Chanson Française et les succès s'enchaînent, "Prélude", "Comme on dit" (1966), "Morte saison", "Sampa" "Peut-être que peut-être" (1968) et d'autres encore.
La décennie suivante annonce le déclin. En 1973, il quitte Pathé Marconi pour Barclay/Meys, adopte un ton plus optimiste, change d'arrangeurs, dans l'optique de donner un coup de fouet salutaire à sa carrière. En vain.
Radios et télés le zappent. Ses fidèles s'en émeuvent mais rien n'y fait. Il sort toujours des disques, mais nul ne s'en soucie plus, hormis un socle d'airain composé de fans issus de tous les pays francophones et d'une foule d'anonymes qui répondent présent à chacun de ses concerts.

Tentatives de retour tous azimuts :

Il a (presque) tout chanté, (presque) tout essayé :-nos :
Brassens, la Seine, les chansons lestes, le jazz (1998 = album "on rêve, on rêve" avec Didier Lockwood) repris ses succès avec des orchestrations différentes, mis Charles Baudelaire et "Les fleurs du mal" en musique, dans sa version intégrale s'il vous plaît, soit 7 CD égrenés entre 2004 et 2008.
Malgré une trentaine d'albums originaux, l'engouement des premières années est définitivement perdu. Dommage ...

Alors, il renoue avec son passé et se greffe aux 2ème et 4ème saisons de la tournée "Age Tendre et Têtes de Bois", puis à celle de 2014. Mieux vaut ça qu'une morte saison ... :roll:

Distinctions :
Il a été nommé Chevalier des Arts et Lettres en 1985, puis Chevalier de l'Ordre National du Mérite en 2011.

J'étais encore jeune, mais j'aimais bien Georges Chelon. Alors, il y a quelques années, j'avais acheté ses deux premiers 33 tours réédités sur support CD, "Père prodigue" (regroupe 3 EP + 3 titres bonus) et "Morte saison" (regroupe 4 EP + 6 titres bonus) et m'en régale à chaque fois.
père prodigue - 1er album de georges chelon.jpg
père prodigue - 1er album de georges chelon.jpg (18.02 Kio) Consulté 1071 fois
morte saison georges chelon.jpg
morte saison georges chelon.jpg (24.56 Kio) Consulté 1071 fois
Et voici quelques extraits :

Père prodigue


Prélude
(dans son jus de l'époque !)


Comme on dit


Morte saison en public (1967)


Crève misère


La rose des vents

Avatar de l’utilisateur
cartland
Membre
Membre
Messages : 7
Inscription : 24 janv. 2018, 12:53

Re: Georges Chelon

Message par cartland » 25 janv. 2018, 00:00

Bonjour,

Georges Chelon est également auteur compositeur. Je suis souvent surpris en recherchant l'auteur de chansons en découvrant son nom.

Marc.

Avatar de l’utilisateur
itofa
Membre
Membre
Messages : 230
Inscription : 03 août 2017, 09:14
Localisation : Montpellier area

Re: Georges Chelon

Message par itofa » 25 janv. 2018, 09:12

Si les textes étaient ciselés, les arrangements et le bonhomme pas très sexy, ce qui l'a rendu ringard.

Alors vous me direz les arrangements de Brassens ou Brel, Ferrat n'étaient pas non plus des chefs-d'oeuvre
Oui mais eux, outre le talent, avaient un charisme et une présence que Chelon n'a jamais eu

Ceci explique peut-être cela
1er système : Micro Seiki - Marantz - McIntosh - Phase Linear - JBL 4344 MKII
2 ème système : Marantz - Onkyo - JBL L112

Répondre