Quelques repères :
  • Vous venez de vous inscrire, les conditions d'accès aux différentes rubriques pour les groupes d'utilisateurs, sont expliquées ici.
  • Si vous rencontrez un problème avec une fonctionnalité ou souhaitez suggérer des améliorations, n'hésitez pas à écrire un message dans Vos questions et suggestions.
  • Afin de placer vos messages au bon endroit, pensez à consulter les guides des rubriques, disponibles en tête des forums.

Wagner

Bertrand
membre expert
membre expert
Messages : 478
Inscription : 02 juin 2017, 09:07

Wagner

Message par Bertrand » 17 juil. 2017, 19:17

Un sujet sur Wagner...

on pourrait en faire un forum à part entière, mais bon, un sujet pour présenter quelque peu l’œuvre et quelques gravures illustres...

Un peu d'histoire d'abord, pour bien comprendre. Wagner est né du vivant de Beethoven, l'année de la composition de la victoire de Wellington (1813), et est mort 70 années plus tard, en 1883. Pour situer, il est le contemporain parfait de Liszt (1811-1886), dont il épousera d'ailleurs la fille naturelle, Cosima, plus âgé que Brahms ou Brûckner, encore plus que Mahler. Il est également contemporain de Chopin, Schubert...

C'est donc l'âge d'or de la musique romantique allemande, et ce double qualificatif (romantique ET allemand) colle merveilleusement bien à Wagner, sans que cela suffise à le définir. C'est d'abord, au sens auquel l'entendent les américains, un "entertainer". Né 100 ans plus tard, il aurait sans doute enchaîné les superproductions super sérieuses à Hollywood. Il a fait avec les moyens d'expressions de son temps: le théâtre et la musique.

D'abord la vie de Wagner est largement connue, d'une part parce que de son vivant il a défrayé la chronique, déchaîné les critiques (celle de Nietzsche en particulier pour la plus célèbre) et provoqué les enthousiasmes (comme celui de son dernier protecteur, Louis II de Bavière), d'autre part parce qu'il a lui-même rédigé son autobiographie (Mein Leben - 1880)et qu'enfin, sa deuxième épiouse (Cosima, morte en 1930) a veillé à ce que son temple soit bien gardé...tout de lui est donc connu, la seule ambigüité restante étant celle de sa paternité...et d'un possible ascendance juive, paradoxe pour cet antisémite connu.

Si Wagner a composé un peu plus d'une centaine d’œuvres diverses, il est célèbre surtout pour les 10 opéras dits "de maturité", c'est à dire ceux qu'il n'a pas renié de son vivant:
- Le vaisseau Fantôme
- Tannhauser
- Lohengrin
- Tristan et Isolde
- Les maîtres chanteurs de Nuremberg
- La tétralogie (Un prologue et trois journées - 4 opéras en réalité)
- Parsifal.

Bien entendu, dans ces 10 opéras, la tétralogie EST le monument wagnérien par excellence, et il représente effectivement la mise en œuvre la plus complète de l'ensemble de ses conceptions tant scéniques que musicales, avec en particulier un usage particulièrement élaboré des leitmotiv (un par personnage, et quelques autres suivants les situations, avec des variantes, sans compter celui de la lance de Wotan etc...). Qui plus est, si ces 10 opéras font appels à de vieilles légendes germaniques, la tétralogie exclue toute référence explicite, voire implicite, au christianisme, en s'appuyant au contraire sur la mythologie nordique.

Wagner est en outre inséparable du festival de Bayreuth, parce que c'est lui-même qui a conçu le palais du festival, la salle de spectacle, avec un curieux dispositif où l'orchestre (important, même au regard des critères de l'époque) est situé sou un plancher.

Jusqu'en 1967, le festival de Bayreuth sera sous la direction artistique de la famille Wagner.

Le premier festival a eu lieu en 1876, avec pour la première fois, le "Ring" complet . Le festival a été dirigé par Wagner lui-même jusqu'à sa mort.

Après 1883, sa femme, Cosima, gardienne jalouse du temple, et son fils Siegfried, en assureront la direction jusqu'en 1930, date à la laquelle la belle fille de Wagner, Winnifred, par ailleurs nazie apparemment convaincue, en prendra les rênes. Le régime nazie nationalisera quasiment le festival en 1940, en réservant les représentations aux soldats blessés de retour du front jusqu'en 1944. L'été 1945, évidement, le festival n'a pas eu lieu.

Il est remarquable que jusqu'aux années 30, les décors et costumes créés à partir de 1876 sont restés quasiment inchangés.

Il existe quelques enregistrement en 78trs de cette époque (j'en ai aperçu un recueil RCA de 1927, avec des extraits d'opéras!)

Cette lourde compromission de la famille Wagner avec le régime nazi, l'utilisation par ce régime des opéras comme œuvre de propagande (mais Beethoven et Liszt, par exemple, ont été aussi amplement mis à contribution post mortem, le final des "préludes" de Liszt fournissant d'ailleurs son indicatif aux actualités de guerre allemandes) ont fait peser une lourde hypothèque sur le devenir du festival après guerre.

Toutefois, les petits fils de Wagner, Wieland et Wolfgang, réussissent à rouvrir le festival en 1951, avec une volonté de dépouillement des décors et mises en scènes, plus hiératiques. On l'appellera le "nouveau Bayreuth"

Ce sera le début d'une nouvelle aventure, qui sera également une aventure discographique!

A suivre...
le matériel en place, c'est ici

Bertrand
membre expert
membre expert
Messages : 478
Inscription : 02 juin 2017, 09:07

Re: Wagner

Message par Bertrand » 17 juil. 2017, 22:50

En cette soirée du 29 juillet 1951, on peut imaginer la foule qui se presse sur la "verte colline", ou se situe le Festpielhaus de Bayreuth...et pourtant, cette première édition d'après-guerre débute par....la 9ème de Beethoven dirigée par Fürtwangler.

Ce ne sera que le lendemain 30 juillet que sera donné un Parsifal hanté, littéralement, dirigé par celui qui restera 14 ans à la baguette pour cet opéra précis, Hans Knappertsbusch. On trouve déjà, dans la distribution, quelques uns des piliers du chant wagnérien comme Windgassen, London ou Mödl. Bien que Knappertsbusch tout d'abord n'y ait pas été favorable, Decca a obtenu l'autorisation d'enregistrer, puis de graver sur microsillon cette première qui restera dans la légende.

Mon exemplaire est en assez mauvais état (surtout le coffret à vrai dire), et provient d'une bibliothèque de l'Indiana (USA), édition américaine, à la correction de gravure incertaine. Mais je suis bien content d'avoir ce premier enregistrement microsillon de la première eouvre de Wagner jouée à Bayreuth après-guerre.
wagner 01.jpg
Heureusement, TELDEC en a sortie une édition en CD qui est particulièrement bien faite, avec surtout un livret très fourni en détail, non seulement sur l'oeuvre, mais également sur cette représentation historique.
wagner 02.jpg
wagner 02.jpg (42.28 Kio) Consulté 4236 fois
Il faut savoir, en effet, que Parsifal est le seul opéra créé spécialement pour Bayreuth, et dont Wagner avait interdit la représentation ailleurs qu'au Festspielhaus! Cosima en permettra une représentation en 1903 à New York, et puis c'est tout...jusqu'aux années 70 où l'opéra sera joué ailleurs.

Si vous avez d'ailleurs 4h30 devant vous, cette même version est disponible sur Youtube (ça ne vaut pas les CD ceci dit, et encore moins les vinyles) 8-) :



Rien que l'ouverture, jouée lentement, vaut le détour...

Decca ensuite entamera une assez longue collaboration avec les frères Wagner, puisque dans les années 50, je crois qu'ils seront les seuls à publier les enregistrement live de Bayreuth sur microsillon.

On trouvera par exemple un très beau Lohengrin (1953 je crois):
wagner 03.jpg
Ou un très moyen, voire soporifique "Vaisseau Fantôme" dirigé par Keilberth en 1955:
wagner 04.jpg
Ou encore, toujours en 1955, un magnifique Siegried, dont je n'ai trouvé qu'une version en CD...(dans la série testament, tout le ring dirigé par Keilberth a été réédité, mais je ne crois pas que cela ait été le cas sur le moment):
wagner 05.jpg
wagner 05.jpg (35.6 Kio) Consulté 4236 fois
Enfin, pour en revenir à Parsifal, on en trouve une autre version, dirigée toujours par Knappertsbusch, toujours à Bayreuth, en 1962, mais sous le label Philips.

On le trouve notament dans un de ces trois coffrets de rééditions spéciales pour le centenaire du Festpielhaus de Bayreuth, et du festival lui-même, avec la totalité des opéras dis de maturité:
disque 10 wagner philips.jpg
Franchement, ce n'est ma version préférée, mais ceci dit, je n'en ai que deux, pour Parsifal, et c'est bien assez, ce n'est pas un opéra qui me fait véritablement vibrer, au rebours des autres... :mrgreen:

A suivre encore...
le matériel en place, c'est ici

Bertrand
membre expert
membre expert
Messages : 478
Inscription : 02 juin 2017, 09:07

Re: Wagner

Message par Bertrand » 19 juil. 2017, 12:43

Comment aborder Wagner?

Bien entendu, il y a le cas, assez rare à ma connaissance, du néophyte tombant sous le charme d'un opéra en particulier...

En ce qui me concerne, j'ai longtemps fonctionné sur le mode "Je n'aime pas Wagner mais ça, j'aime bien", à partir de compilations de pièces orchestrales tirés de ces opéras. Ce sont les fameuses compilations souvent titrées "ouvertures et préludes".

L'ouverture d'un opéra est une exposition des principaux thèmes musicaux de celui-ci. C'est une pièce musicale à part entière, qui précède le premier acte. Le prélude, en revanche, chez Wagner, est une pièce musicale à laquelle s’enchaine directement le chant, sans transition. Il peut y avoir ainsi une ouverture, courte pause, puis un prélude...ou pas d'ouverture. Le vaisseau fantôme et Tannhauser ont des ouvertures, les autres, des préludes au début de l'acte 1, voire au début d'autres actes (acte 3 pour Lohengrin ou Parsifal par exemple).

Les recueils d'ouvertures ou de préludes d'opéra de Wagner (auxquels sont adjointes parfois d'autres pièces sous la forme symphoniques) sont nombreux.

Pendant un quinzaine d'année, avant d'écouter un opéra de Wagner dans sa totalité, j'ai donc vécu avec ce double CD (que l'on peut trouver également en plusieurs vinyles, les enregistrements étant de 1972 et 1975), du LSO et du LPO sous la baguette de Sir Adrian Boult. Enregistrement en studio.
wagner 10.jpg
wagner 10.jpg (25.54 Kio) Consulté 4206 fois
wagner 11.jpg
wagner 11.jpg (41.13 Kio) Consulté 4206 fois
Franchement, on peut s'en contenter, cela a le mérite (pour ce genre particulier de la compilation d'extraits) d'être particulièrement complets.

La plus expressive des ouvertures est sans doute celle du vaisseau fantôme, avec son thème de la tempête parfaitement rendu, suivi de l'exposition de la ballade de Senta (l'héroïne) et la tempête qui reprend tout aussitôt.

On peut le trouver par Paray (1960, orchestre symphonique de détroit, living présence) dans une version (même sur youtube) pleine de nervosité (je n'ai pas le disque, mais il fera sans doute partie d'un de mes prochains achat) :



Toujours chez Mercury Living Presence, on trouve également celui-ci, qui comprend l'ouverture de Tannhauser, et le prélude et le "Leibestod" de Trsitan et Isolde.:
wagner 07.jpg
L'ouverture de Tannhäuser (qui a connu trois versions différentes du vivant du compositeur) est une très belle pièce, débutant mezza voce par le thème du chant des pèlerins (qui donnera lieu à un très beau choeur dans la suite de l'opéra), suivi du thème ddu Venusberg, puis de la reprise, sur un mode éclatant et crescendo du thème des pélerins.

le matériel en place, c'est ici

Avatar de l’utilisateur
sudiste
membre expert
membre expert
Messages : 866
Inscription : 02 juil. 2017, 10:21
Localisation : Marseille

Re: Wagner

Message par sudiste » 19 juil. 2017, 13:48

Bonjour Bertrand,

En classique Wagner est mon compositeur préféré (comme beaucoup je pense)... et cette version de Valkyries que je trouve excellente et qui si elle n'est pas la meilleure est par contre d'une qualité d'enregistrement redoutable...une gravure directe de toute beauté !.
Wagner-1.jpg
Enregistrement de 1977 avec Erich Leinsdorf et le phila de L.A.
Sinon pour Tannhäuser cette version de avec Otto Klemperer est très belle également..
Wagner Otto Klemperer.jpg
A pluche
Christian

Bertrand
membre expert
membre expert
Messages : 478
Inscription : 02 juin 2017, 09:07

Re: Wagner

Message par Bertrand » 19 juil. 2017, 16:55

Bonjour Christian,

La version "sheffield lab" doit être effectivement superbe.

La "chevauchée des Walkyries", qui constitue le prélude puis le début du 3ème acte de la Walkyrie est en effet l'un des morceaux les plus populaires, popularisé en outre par l'usage qui en a été faite par Coppola dans Apocalypse Now. Jouée seule, elle est souvent sur un rythme enlevée, parfois plus lente lorsqu'elle est chantée.

L'une de mes versions préférée est celle de Solti dans son ring complet (sorti en 1966 pour la Walkyrie), un peu plus lente que d'autres, mais avec une grande densité, en stéréo.

Evidemment youtube donne juste une impression de ce que cela peut donner sur un bon vinyle en haut rendement :D



J'en ai deux versions, une qui doit être la première édition sortie en 1966, et la seconde un peu plus tard. Je préfère la première édition, mais je la soupçonne de ne pas avoir une courbe de gravure RIAA.
wagner 06.jpg
Otto Klemperer a également enregistré sa "chevauchée" à lui, qui est plutôt bien (sans avoir la densité de celle de Solti déjà citée):
wagner 12.jpg
Autre morceau de bravoure fréquemment enregistré en tant que pièce orchestrale, il y a bien entendu le prélude de l'acte 1 de Lohengrin, la plus longue mesure de l'histoire de la musique, et qui figure l'arrivée des anges portant le Graal (crescendo de cordes dans l'aigu puis éclatement des cuivres) puis s'éloignant (decrescendo des violons), ici une version dirigée par Karajan (qui avait également sorti, en 2 vinyles, sa petite compil en 1975 chez EMI, pas ma favorite du genre toutefois).



Il y a également quelques choeurs (rares) remarquables chez Wagner.

Bien entendu le chœur des pélerins de Tannhäuser:


Mais aussi la grande marche à l'acte II:



Ou encore le choeur des marins dans le vaisseau fantôme

le matériel en place, c'est ici

Bertrand
membre expert
membre expert
Messages : 478
Inscription : 02 juin 2017, 09:07

Re: Wagner

Message par Bertrand » 20 juil. 2017, 08:30

Ce WE, je vous ferai des petits posts sur l'anneau des Nibelungen, sans lequel wagner ne serait pas Wagner. :-J
le matériel en place, c'est ici

Avatar de l’utilisateur
Charles33
membre confirmé
membre confirmé
Messages : 83
Inscription : 01 juil. 2017, 09:06

Re: Wagner

Message par Charles33 » 20 juil. 2017, 10:59

Merci d'avoir ouvert ce post Bertrand. effectivement Wagner mérite un forum à lui seul.
Par contre:
"plus jeune que Brahms ou Brûckner, encore plus que Mahler." :-gratte

Comme nous n'avons pas 7 vies, je me cantonne aujourd’hui à Tristan (Bohm) et à la tétralogie (Bohm et Karajan).
Pour qui veut débuter avec Wagner, sans doute vaut il mieux commencer par les ouvertures et les préludes. Parsifal c'est le Graal mais un Graal difficile, il faut être un peu mystique pour y accéder.

Avatar de l’utilisateur
Charly
membre expert
membre expert
Messages : 369
Inscription : 04 juil. 2017, 18:45
Localisation : RP Ouest (78 proche 92)

Re: Wagner

Message par Charly » 20 juil. 2017, 13:34

Merci Bertrand pour cette présentation plus que complète.

Cela va peut-être me permettre d'apprécier ce compositeur, qui ne fait pas partie de ma période préférée. Bref, je suis encore dans la phase "j'aime pas Wagner, mais ça j'aime !" :D Idem pour ses contemporains...

Charly

Bertrand
membre expert
membre expert
Messages : 478
Inscription : 02 juin 2017, 09:07

Re: Wagner

Message par Bertrand » 20 juil. 2017, 21:14

Charles33 a écrit :
20 juil. 2017, 10:59
Merci d'avoir ouvert ce post Bertrand. effectivement Wagner mérite un forum à lui seul.
Par contre:
"plus jeune que Brahms ou Brûckner, encore plus que Mahler." :-gratte
Je vais rectifier, j'ai écrit le contraire de ce que je voulais dire :-ho
Charles33 a écrit :
20 juil. 2017, 10:59

Comme nous n'avons pas 7 vies, je me cantonne aujourd’hui à Tristan (Bohm) et à la tétralogie (Bohm et Karajan).
Pour qui veut débuter avec Wagner, sans doute vaut il mieux commencer par les ouvertures et les préludes. Parsifal c'est le Graal mais un Graal difficile, il faut être un peu mystique pour y accéder.
Et pourtant, j'ai un côté mystique assez prononcé
...mais je n'ai peut-être pas les bonnes versions pour apprécier réellement.
Charly a écrit :
20 juil. 2017, 13:34
Merci Bertrand pour cette présentation plus que complète.

Cela va peut-être me permettre d'apprécier ce compositeur, qui ne fait pas partie de ma période préférée. Bref, je suis encore dans la phase "j'aime pas Wagner, mais ça j'aime !" :D Idem pour ses contemporains...

Charly
Wagner, surtout vers la fin, est plus proche de Mahler et Brückner que de Brahms ou Beethoven. Il faut se laisser emporter, en fait, de préférence avec le livret sous les yeux :-H .
le matériel en place, c'est ici

Avatar de l’utilisateur
Charles33
membre confirmé
membre confirmé
Messages : 83
Inscription : 01 juil. 2017, 09:06

Re: Wagner

Message par Charles33 » 21 juil. 2017, 22:44

Bertrand a écrit :
20 juil. 2017, 08:30
Ce WE, je vous ferai des petits posts sur l'anneau des Nibelungen, sans lequel wagner ne serait pas Wagner. :-J
Bonne idée Bertrand, on commencera par l'histoire du nain lubrique (Alberich) qui, à défaut de se faire une des 3 idiotes qui garde l'or du Rhin, va leur piquer ce morceau de métal, et c'est parti pour 16 heures de musique. Voilà, encore une histoire de C.. mal négociée qui tourne vrille. :-sors
Dernière édition par Charles33 le 04 août 2017, 14:40, édité 2 fois.

Répondre